Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Bigorneau : Bigornette Blog généraliste : humour, poèmes, photos...etc...

Le tic tac de l'instant

Le Bigorneau :

 

Le tic-tac de l'instant

 

   

 

Une sensation d’abîme
Un vertige : une dîme
Comme un  dû à payer
Je suis si effrayée
Salaire de la peur
De l’absence qui demeure
Un grand désarroi
C’est le manque de toi
Peut-on imaginer
Ne plus pouvoir parler
A l’être tant aimé
Plus  jamais de demain
Pour te prendre la main
Il me faudra du temps
Pour  vivre ce présent
Trouver dans mon passé
Des raisons au futur
Et ne pas succomber
Ne pas chuter du mur
Sur lequel j’avance
Sur un point de rupture
Garder en moi confiance
Découvrir une voie
Qui laissera une chance
A des petites joies
Toi et moi c’était nous
Pour moi tu étais tout
Et quand le réveil sonne
C’est le vide qui résonne
Je dois me mettre à l’heure

 Sans remonter le temps

Un tic tac de l’instant

Bercera le printemps

 

 

 

Bigornette

 

 

tuxpi.com.1301473217.jpg 

Commentaires

mamylilou 31/03/2011 21:55



Ouvrir la fenêtre pour mieux voir le printemps et sentir la chaleur qui doucement revient .Bisous



Le Bigorneau : 02/04/2011 16:03



voui mais l'herbe monte aussi et ça me déprime, sans compter les vitres qui sont sales...personne pour me les faire... c'est un peu l'horreur le printemps par moment...allons Bigornette
t'exagère !  Vive le printemps  ! (quand on est suffisamment en forme pour y faire face)... bisous et merci à toi surtout...



elise 31/03/2011 19:06



Une  tres belle présentation mosaique de ces petits chatons naissants, qui nous dévoilent ce  renouveau....Synonymes je l'espere  aussi pour toi,d' une
nouvelle vie  quand ces mauvais jours te laisseront un peu tranquille.( c'était la dernière seance je crois me rappeler??)    Cela n'empèche que pour celle-ci
aussi, elle  te rends trop malade. Par ce petit message je veux t'apporter un peu de  réconfort ma Bigornette.      Si comme tu le dis à
Midolu ,petit à petit tu arrives à retrouver, oh!! je sais tres lentement  un certain équilibre par rapport aux agissements de ton Aimé Robinson,alors il en ressortira une douce
sérénité et cela effacera tous ces moments de doutes et d'incompréhensions...et avec le temps tu dompteras cette vilaine solitude. En tout cas je te le souhaite vraiment. Sincères
amitiés.Elise.  


    



Le Bigorneau : 31/03/2011 19:44



Encore une chimio le 13 avril... je ne suis pas quitte... et c'est vrai que je suis vraiment très très fatiguée... je reste couchée la plupart du temps car debout j'ai des vertiges... bisous et
bonne soirée...



juliette 31/03/2011 12:36



On ressent à travers ton poème toute la douleur du manque...Nous avons une cliente qui a perdu l'été dernier son mari....Elle erre comme une âme en peine et nous disait "je ne savais que c'était
aussi dur de perdre son compagnon"....


Les dates anniversaires rappellent encore plus l'absence.....et quand la maladie s'en mêle, nous sommes fragilisés.... Nous comprenons ton désarroi et ta grande tristesse, pour ne pas
dire détresse....Que peuvent les autres pour essayer de soulager cette peine, à part essayer d'apporter un peu de réconfort....



Le Bigorneau : 31/03/2011 20:15



C'est un manque que l'on peut ressentir physiquement tellement on enrage de tant d'impuissance...on aimerait tant avoir quelques secondes seulement à partager encore avec l'être aimé... C'est
vraiment très dur et j'essaie de ne pas trop penser...ou de penser qu'il n'est pas loin...comme s'il allait revenir à un moment ou à un autre, sinon je tombe dingue de suite...bisous juliette



fransua 30/03/2011 19:28



c'est très joliment dit et tu vas trouver la brêche dans ce mur d'absence qui te permetrtra de t'en sortir et de rebondir, ta photo comme un rumikub, il faut juste tourner les bonnes pièces au
bon moment



Le Bigorneau : 31/03/2011 20:20



oui il faut rassembler les morceaux... reconstruire... bisous...



Thaddée 30/03/2011 19:20



C'est triste... Triste comme toi tu es triste. Certains jours, certaines nuits ce doit être dur son absence et ta solitude. Je te souhaite de trouver assez de joies, assez de petits bonheurs dans
le présent pour surmonter cette grande souffrance et cette sensation de vide. Je t'embrasse très fort ma Bigornette.



Le Bigorneau : 31/03/2011 20:21



oui c'est une douleur physique et morale... on se dit que ce n'est pas possible, on refuse d'y croire, et j'avoue essayer de penser qu'il va revenir... C'est idiot, mais je n'ai pas d'autres
solutions si je veux pouvoir m'endormir... bisous