Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Bigorneau : Bigornette Blog généraliste : humour, poèmes, photos...etc...

J'ai deux grands boeufs dans mon étable...

Le Bigorneau :

Quand les boeufs défilent,
petite laine enfile,
car le vent se lève.
 

La paire va sans trêve,
tracer des sillons.
C'est fête de moisson !
 

Tourneront en rond,
comme des couillons,
pour des spectateurs,
revivant pour l'heure,
les choses d'antan,
les labours d'avant.

 

Quand dans le lavoir,
femmes "tout en noir",
frottent en chantant,
des draps plus "tout blanc",

les souvenirs s'emmêlent,
comme la pluie s'en mêle...
 

On rejoint alors,
nos carrosses d'or,
notre vie-minute,
chacun dans sa hutte.
 

Oh flûte  !

 

On a perdu le temps,
ce temps d'avoir le temps,
gâché un instant,
par le mauvais temps.

 

On n'a plus d'été !
Pensent les entêtés,
qui menaient les boeufs,
à la baguette "meuhmeuh".

 

Ils ont leur revanche,
les beaux encornés,
car il a vraiment plu,
ce dimanche d'été.

Juste avant qu'ils flanchent,
car ils n'en pouvaient plus,
z'étaient épuisés,

et la bave au nez,

désiraient rentrer,

pour se mettre à table,

dans leur belle étable.

Pourquoi tant de "foin",
pour cette fête du foin,
préfèrent le manger,

couchés dans un coin.
Pas sûr qu'ils le regrettent,
eux, le temps passé.
Car à la baguette,

très fort, étaient menés.
A coup de nerf de boeufs,
à coup de nerf, les boeufs,
n'étaient pas heureux.

Bigornette


Beaulieu-sur-oudon-070-copie-1.JPG
J'y suis allée sans conviction, j'ai vu de belles scènes du passé, mais je pense qu'on ne doit pas trop regretter ces "temps d'avant" où la vie était dure, c'était une autre "culture" dans tous les sens du mot.

Je pense au boulot de tous ces bénévoles grâce à qui les enfants d'aujourd'hui peuvent avoir un regard sur les temps d'hier : RESPECT !... ça pourra sans doute leur donner (aux enfants) une bonne base pour voir l'avenir différemment et peut-être retenir de ces temps passés le meilleur pour éviter le pire.

Alors dans cet esprit je pense que ces fêtes peuvent être nécessaires, mais on sait bien que ce n'est pas forcément dans ce but qu'elles sont organisées... Bien souvent c'est pour les associations communales la seule façon de joindre les deux bouts... Alors pour ou contre ? Pas facile de répondre...

"Pour"... sans doute ! Mais point trop n'en faut ! Un bon moment dont il ne faut pas abuser pour,  peut-être mieux l'apprécier...

J'ajouterai que j'étais à la fête des moissons de Beaulieu sur Oudon (en Mayenne), c'est l'époque par ici et bientôt plus près de chez moi il y aura celle d'Angrie, mais non je n'irai pas, une m'a suffit pour au moins un an. J'essaierai de vous mettre quelques photos, mais la foule ne permet pas de faire de bons clichés... C'est mon regret ! mais c'est vraiment très personnel, les organisateurs devaient être heureux...et c'est bien comme ça !   Belle semaine à vous, pour moi aujourd'hui : repos ! obligé ...BISOUS !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Oxygene 09/08/2011 19:01



Ah ces fêtes de village... Tu as raison Bigornette, le but essentiel n'est pas de montrer aux plus jeunes l'évolution des techniques et de leur apprendre combien ils sont privilégiés aujourd'hui
mais elles ont néanmoins le mérite de témoigner du passé... J'avoue ne pas être fan de ces fêtes. Un peu sauvage je préfère de loin le calme de la campagne, les bords de mer (hors saison) ou de
rivières....


Je te fais de gros bisous et j'ajoute une papouille à ces boeufs qui n'ont sans doute pas apprécié d'avoir été choisis pour jouer le rôle de leurs ancêtres... ;-)



Le Bigorneau : 10/08/2011 17:26



moi non plus, je ne voulais pas y aller, mais sortir change les idées, même si je mets plusieurs jours à m'en remettre...mes photos rendent pas mal et ça me rassure, je n'ai pas perdu mon
temps... bisous Sylvie... les boeufs avaient l'air fatigués et pourtant ils leur faisaient faire des pauses, mais ils n'ont plus l'habitude...



flipperine 09/08/2011 11:39



ils sont beaux ces boeufs



Le Bigorneau : 10/08/2011 17:36



oui ! les animaux étaient  tous magnifiques, ils doivent être bien traités quand même.... bisous...



Danielle 08/08/2011 22:14



Bonsoir Bigornette, encore un très bel article aujourd'hui car je suis une nostalgique du temps passé, du travail près de la nature qui était respectée, aimée. La nourriture était naturelle, les
gens travailleurs et honnêtes, respectueux de la parole donnée, ils vivaient avec le soleil, ne polluaient pas, la vie était saine,  ils savaient se contenter de ce qu'ils possédaient
(souvent peu). Bien sûr, ça c'est le "bon" côté des choses. Le progrès a allégé le travail, surtout celui des femmes, la machine à laver en est le meilleur exemple. Et puis elles ont le droit de
s'exprimer, alors qu'avant elles étaient complètement dominées, soumises au bon vouloir de leur mari car complètement dépendantes. Mais il faut reconnaitre que la vie a beaucoup évolué et pas
toujours dans le bon sens. Je pense que la contraception a libéré les femmes de ces grossesses répétées et souvent non souhaitées, qui les épuisaient et qui multipliaient le travail. Mais tout
n'est malheureusement pas positif dans le progrès actuel, la pollution, l'indifférence, ce fossé qui croit entre les très riches et les très pauvres, l'injustice, le manque de respect ... Bon,
mais je déborde du sujet, toujours trop bavarde ... Je conclus donc en disant qu'il faut que nos enfants sachent ce qu'était la vie avant, qu'ils aient le respect du passé et des travailleurs de
la terre, c'étaient de beaux métiers, rudes, très difficiles mais remarquables ! Bisous du soir, passe une bonne nuit. Danielle


Impossible de faire partir ce commentaire. Allez, j'essaie encore une fois !!!!



Le Bigorneau : 10/08/2011 17:46



il y a des bugs parfois...merci d'avoir insister, mais tu sais, il m'est arrivé de renoncer car parfois il faut passer un temps fou pour sortir une ligne... Je crois que certaines valeurs se sont
perdues, c'est surtout le laxisme avec les enfants actuellement, les mères bossent et ne s'occupent pas assez de leur mômes je crois....et pour nous la guerre n'était pas si loin la mémoire était
là, on nous en parlait, les parents avaient connus la misère et même encore à cette époque de notre enfance on n'était pas très riche, on n'avait pas grand chose... eux ils ont trop, tout leur
est dû, c'est vraiment infernal par moment de les voir agir ou réagir (les ados et même les plus petits)...bisous...bonne soirée !



midolu 08/08/2011 12:56



La dernière fête des moissons à laquelle j'ai assisté, c'était dans les années 1970 (déjà, on célébrait des pratiques quasiment disparues) dans le Tarn près de Lavaur.


Je me souviens peu des machines, des activités présentées ce jour, car c'est le champ d'à côté qui avait immédiatement capté ma curiosité : un champ de fenouils, et à l'époque je n'ai même pas
pensé à demander d'explications (à quoi servait la récolte, comment se pratiquait la culture, ...).


Une pensée pour les boeufs et les chevaux de trait, qui eux n'étaient pas toujours à la fête, comme d'ailleurs leurs maîtres et conducteurs ...


 


Ma Bigornette, on quitte le joug et on se repose ! Bisous !



Le Bigorneau : 08/08/2011 17:52



Je n'arrive pas à dormir l'après-midi sauf exception, c'est donc un repos-télé... voire téléphone...je suis naze après cette journée d'hier, je viens tout de même d'aller faire un peu de
dégagement en haut j'ai une armoire qui part demain...Il faut la place de la démonter et de descendre les morceaux...ça se vide mais  en même temps j'étale les contenus...Je ne peux pas tout
larguer encore car des tris s'imposent toujours, même si déjà ce que j'ai fait n'est pas infime, bien au contraire...mais ce n'est pas près d'être tout dégagé...et surtout mon fils me bloque, car
j'aimerais qu'il choisisse ce qu'il souhaite garder, mais il est toujours en travaux et il a même prolonger la location de son container à meubles... ce n'est donc pas encore pour demain qu'il va
avoir du temps à me consacrer...Heureusement que le monsieur qui a emporter ma caravane me fait un peu de ménage dehors, il emporte des choses à la déchetterie et le jardin se vide un peu de
temps en temps, ainsi que des bricoles de l'intérieur...Sans ce monsieur je serais très mal...Je lui refile tout ce dont je ne sais pas quoi faire...et il gère... Il ne sera pas perdant je pense
à l'arrivée, mais les abris de jardins sont toujours fermés à clef et dieu seul sait ce que je vais y trouver... tu vois ce n'est pas demain que je vais commencer à m'ennuyer... la vie me
paraitra fade ensuite...Enfin je pourrais me consacrer à mes loisirs...Pour l'instant les dépenses d'énergie fugaces se terminent toujours par du repos obligatoire...Je te fais plein de bisous et
je te souhaite une bonne soirée...super l'article sur le blog de Thaddée, vous faites une belle équipe toutes les deux...et ça m'a fait plaisir... c'est une blogueuse de grand talent
littéraire mais hyper sensible et à fleur de peau que je connais depuis mes tout débuts sur le net, et malgré quelques retraits plus ou moins intempestifs ou besoin de repos de sa
part,  je la revois toujours avec plaisir comme si on ne s'était jamais quittées...Son livre "Fragment d'une vie brisée" est un petit chef d'oeuvre comme peu de contemporains doivent
être capables d'en écrire, en le lisant je me sentais dans une tragédie greque comme celle que je lisais en classe.... BISOUS soeurette !



juju 08/08/2011 12:22



Et bien, je vais te dire : "je n'aime point trop ces scènes du passé"...Je n'y vais jamais....Pourtant, il y en a aussi dans mes coins des fêtes de la batteuse, des concours de labour..Ce
folklore-là ne me plait pas trop...Ca sonne trop faux.....Les hommes "dans le temps" étaient plutôt énervés et nous disaient à nous les gosses : "dégagez de nos pattes les
gamins"...Pressés de rentrer les foins, de battre le blé....Il fallait faire toujours vite....Jamais nous les enfants n'avions droit aux bons repas préparés pour les hommes....Même pas les
tartes, les gâteaux..Les hommes s'en fichaient s'il ne restaient rien aux gamins...Nous espérions qu'ils ne mangeraient pas tout...Il ne restait pas souvent grand-chose...


Des fêtes pour touristes pour faire rentrer effectivement un peu d'argent dans les caisses..


Hier, je suis passée devant une maison où nous avons habité il y a 25 ou 27 ans...J'aurai voulu prendre une photo, mais les gens étaient dehors...J'ai un peu roulé sur les routes du coin,
repensant effectivement avec nostalgie au temps passé...Enfin, c'est surtout de voir toutes ces maisons fermées, abandonnées qui me faisaient mal au coeur...Je me promenais seule, le mari étant
au boulot...Je regrettais surtout les dimanches passés - souvent seule - avec mes enfants.....Le dimanche, je ne dérange jamais mes enfants...Et pis, tiens, je vais encore y aller de
mon petit coup de gueule..Quand je pense qu'on voudrait que les commerces soient ouverts 7j/7, ça me fout en rogne pas possible de voir qu'on sacrifie pour le fric le bonheur des famillles...Mon
mari a encore ouvert hier..mais seul.....Je lui avais dit "tu n'auras pas grand-monde, ferme,  profitons-en pour aller nous promener dans un des plus beaux villages de France où il y avait
80 artisans d'art dans les rues.."....J't'en fiche !...J'y suis allée seule...mais, n'y suis pas restée longtemps..Trop de monde...et pis, les objets exposés étaient chers....Pas pu acheter non
plus de confitures maison, ni d'huile fabriqué à l'ancienne..Je n'aime pas faire la queue..


ps : bien dit ton poème sur ces pauvres boeufs ! La vie n'était pas rose non plus pour eux....J'ai une photo de mon père à côté de 2 boeufs blancs, attelés à un char de foin...J'aime cette
photo...Je l'ai mise  un jour sur mon blog pour la montrer à mes lecteurs...et enlevée..



Le Bigorneau : 08/08/2011 17:56



Nous sommes tous nostalgiques de notre jeunesse je pense, du moins quand elle a été heureuse, mais je crois que dans les fermes ou ailleurs le travail était dur... et franchement on était loin
d'imaginer vivre ce que l'on vit maintenant...les machines nous simplifient bougrement la vie...Il faut donc accepter et remercier la modernité et penser à nos mères qui trimaient du
matin au soir, pas de pilulles magiques à l'époque...les mômes naissaient et il fallait les nourrir et les habiller sans toute l'aide sociale de maintenant... Bisous JUJU merci à toi et bonne
soirée !