Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Bigorneau : Bigornette Blog généraliste : humour, poèmes, photos...etc...

Humeur morose...

Le Bigorneau :

J'ai l'impression d'avoir déjà tout dit, ou du moins j'ai essayé de le dire.
Je relis souvent mes poèmes passés, même dans la peine ils se terminaient souvent sur un fait important et rassurant nous étions deux et c'était là mon essentiel...
L'essentiel pour tout affronter et pour faire face aux baisses de moral, aux obstacles imprévus sur la route de la vie.
Nous savions nous prendre la main pour mieux affronter le destin...

Je ne sais pas écrire différemment,  sans terminer mes textes par beaucoup d'espoir... Sans doute, pour cette raison, ai-je du mal à écrire actuellement...

Dans ce monde si grand, et impitoyable, l'amitié suffit-elle ?
J'aimerais vraiment, mais mon histoire passée n'a d'écho qu'en moi...
Pas de paroi pour me renvoyer les souvenirs heureux ou malheureux...
La balle ne rebondit plus, mon coeur non plus, naufragé, perdu dans les méandres complexes de mes sentiments.
Impossible parfois de faire passer des ressentis, sans doute l'amitié, même belle, à ce stade,  trouve-t-elle ses limites.
Une frontière très fine impalpable mais bien présente, qui font que deux êtres restent deux êtres , seul l'amour leur permettrait de n'en former qu'un... Même si c'est parfois difficile, ils peuvent  trouver dans leur passé commun des bases et l'espoir de construire un bel avenir.
J'ai bien compris celà et parfois le grand vide semble vouloir me happer...
Je crois qu'il fallait que ces mots se posent sur le clavier, pour sans doute peser moins lourd dans mon sac à dos journalier. Il devient souvent bien trop difficile à porter, rempli de doute, de tristesse, de peine qui étouffent le petit espoir qui tente de naître pour pouvoir envisager d'écrire une nouvelle page de ma vie... J'aimerais parfois pouvoir poser ma charge et marcher le coeur léger... Définitivement impossible sans doute... Je devrais faire avec... Plus rien jamais ne sera pareil... Je confirme qu'un seul être vous manque et tout est dépeuplé...
Merci à mes ami(e)s qui font ce qu'ils peuvent, et heureusement qu'ils sont là pour m'éviter le pire : couler tout au fond du puit sans avoir à jamais l'envie de remonter.
Désolée de plomber l'ambiance... Je vous embrasse très fort, merci à vous tous et toutes... et à très vite j'espère avec, qui sait ? un texte plus drôle... Belle journée à vous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

bellamy 04/05/2012 08:49


Bonjour ma belle.....nostalgie ou tristesse ....ne te laisse pas couler.....dans un ciel d'orage  il y a toujours quelque part un  petit coin de ciel bleu, c'est celui là qu'il faut
regarder . Je sais que c'est difficile ...la solitude ! J'ai vécu aussi des moment de solitude , quand on croit que pus rien n'attache a l'être aimé .....la vie n'est pas toujurs un log fleuve
tranquille .


Mais le pire c'est la désespérance , tu n'es pas seule tout tesamis sont là etne crois pas que ce soit superficiele .Il faut que tu parle ,tu écrive ,sortir dans la rue ....il y a sans doute près
de chez toi une autre personne murée dans sa solitude , cherche la , trouve la . Je te sais forte ,tu l'as tan de fois démontré ......tu vas passer ce moment ......j'en suis sûr !


Gros bisous ma Bigornette


Ton ami fidèle


Jean dit le Francilien

Oxygene 02/05/2012 23:11


Chère Bigornette. Comme je suis triste de découvrir aujourd'hui cette page si douloureuse où tu sembles perdre tout courage. Je te comprends bien sûr et il est normal que tu aies de gros coups de
blues après avoir vécu tant d'années auprès de ton Robinson. Mais il y a aussi de belles choses dans la vie, des mots, des sourires, même les bêtises de Gaïa peuvent être source de plaisir et
d'amusement. J'espère que tu vas vite remonter la pente et réussir à ouvrir de nouveau les yeux sur les beautés et les joies de la vie.


Vois le nombre de commentaires que tu as reçu ici, témoignages d'amitié et de soutien... Ces petits mots t'ouvrent une nouvelle porte, pleine d'espoir. Ouvre-la vite.


Je te fais de gros bisous

elise 01/05/2012 20:41


 Un petit passage par chez Bigornette.  J'ai relu ton commentaire  et j''entends ton mal-être face à cette vie maintenant  difficile à affronter seule
.J'aimerai  Marie-France trouver des mots de soutien pour te réconforter avec tes pensées et devant cette solitude mais j'ai peur de ne pas y parvenir.


En Bretagne, tu te replongera sans doute dans les souvenirs  mais ta fille et les petites ne seront plus loin...Alors un coup de démarreur !!  et hop !!! tu sera là-bas
peut-etre  ,Océane et sa soeur pourraient aussi venir passer un wee-kend avec toi au mobilhome...  A t ravers ce message j'espere que tu recevra ce brun de courage qui te
permettra de tenir bon malgré ce que la vie te fait subir..


 je t'embrasse tres fort  Marie-France et surtout continues d'écrire mème si ces poèmes parlent à deux. Amitiés Elise.   

Le Bigorneau : 05/05/2012 20:47



Coucou elise ! Merci pour ton long courrier qui me touche beaucoup, je croyais t'avoir donné mon mail, mais en fait j'ai du zapper, mais c'est bien involontaire,  tu peux me contacter par le
blog ça arrive dans ma messagerie, je vais t'écrire de Bretagne, j'ai encore pas mal de choses à préparer, je pars le 13 en principe... En attendant je t'embrasse très fort, et heureusement que
vous êtes là tous et toutes... tu vois je n'ai même plus le courage de répondre à mes coms, mais ça va revenir... j'en suis sûre !  en plus en principe j'aurai mon portable en Bretagne et
sûrement plus de temps qu'ici... en ce moment je stocke mes photos sur disque dur externe et c'est long, je dois faire la même chose sur mon portable pour gagner de le place...et le temps passe
vite... Ma maison est en vente mais j'ai encore des choses à régler avant mon départ...notamment refaire mon carnet d'adresse... BISOUS tout plein...et encore merci !



Lily 01/05/2012 19:02


Voilà ! J'avais mis un point au lieu d'un tiret.

Lily 01/05/2012 18:59


Tu exprimes bien ton ressenti, c'est une "chance" pour toi à travers tes passages à vide. Je pourrais un jour te faire un coucou, si tu le désires ... Et éventuellement envisager une sortie
ensemble. A +